Affaire d’arrestation de Ferdinand Ayité : la sortie du Procureur de la République





Talaka Mawama (Procureur de la République) est monté au créneau mercredi soir, dans l’affaire des deux journalistes incarcérés depuis vendredi, suite à des propos tenus lors d’une émission sur YouTube.

Lire aussi : People : Dr Kodom dit la vérité au sujet des Toofan

« Lundi 6 décembre 2021, j’ai été instruit par le Procureur général près la Cour d’Appel de Lomé, aux fins d’ouverture d’une enquête judiciaire sur dénonciation des ministres Kokouvi Agbétomey (ministre de la justice et de la législation), Kodjo Adedze (ministre du commerce, de l’industrie et de la consommation locale). Suivant réquisition à la même date, j’ai saisi la brigade des recherches et d’investigation de la direction de la police nationale aux fins de l’ouverture d’une enquête », a expliqué le Procureur de la République.

Selon lui, Ferdinand Ayité (directeur de publication du bihebdomadaire l’Alternative) et de Joël Egah (directeur de publication de l’hebdomadaire Fraternité) sont poursuivis pour « outrage envers les représentants de l’autorité publique et diffusion de fausses nouvelles de nature à troubler la paix publique, au sens des articles 490 alinéa 1, 491 alinéa 1, 492 alinéa 1 et 497 du nouveau code pénal ».

Lire aussi : Togo : les prix des œufs ont déjà augmenté… dans la Centrale

Les propos sont tenus lors de cette émission animée sur le réseau social YouTube, un « moyen de communication exclu du champ d’action du code de la presse », a-t-il expliqué.

« Les réseaux sociaux sont soumis aux dispositions du droit commun », a souligné le Procureur.

« La poursuite de ces journalistes sur la base du droit commun en l’occurrence le code pénal se justifie par le fait que les faits incriminés ont été commis par le canal d’un réseau social, moyen de communication expressément exclus du champ d’application de la loi N°2020 001 du 07 janvier 2020 relative au code de la presse et de la communication en République togolaise », a-t-il martelé.

Isidore Kouwonou, rédacteur en chef du journal L’Alternative, qui a également participé à l’émission, est placé sous contrôle judiciaire.

Lire aussi : Football : la CAN 2022 menacée d’annulation

Tous les trois journalistes, a précisé le procureur, ont été inculpés par le juge d’instruction des chefs d’accusation dénoncés plus haut et, actuellement « l’information se poursuit dans le strict respect des dispositions du code de procédures pénales ».

« Il y a lieu tout de même de relever que toutes ces personnes, depuis la phase de l’enquête de police, ont constitué avocat qui les assiste. Et elles ont été inculpées en présence de leurs avocats et elles font l’objet d’actes d’instruction, toujours en présence de leurs avocats », a ajouté Talaka Mawama.

Lire aussi : Drame à Bè : un homme égorge sa femme et se coupe les parties

Notons que l’incarcération des deux journalistes a provoqué ces derniers jours, une vague de réactions d’organisations professionnelles des journalistes, d’organisations de défenses des droits de l’homme et de partis politiques de l’opposition, qui exigent leur libération.

Les Évêques du Togo ont également plaidé ce mercredi en faveur de la libération de Ferdinand Ayité et de Joël Egah.

Avec Savoir News







Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire