Affaire d’espionnage au Togo: la nébuleuse du fantasme appelé Pegasus





© aLome.com
Ces derniers jours, des informations font état de ce que le gouvernement togolais espionne certains journalistes et politiciens à l’aide d’un logiciel d’espionnage qui coûterait une fortune. L’information fait couler beaucoup d’encre et de salive. D’après le président du Nouvel Engagement Togolais (NET), Gerry Taama, il s’agit d’un fantasme. Il donne ses raisons que voici:

Lire aussi:Etat d’urgence depuis le 2 Avril 2020: des intentions inavouées de Faure Gnassingbé?

Un fantasme appelé Pegasus

C’est revenu à la une de toutes les discussions ces derniers jours: le logiciel israélien Pegasus aurait tenté d’espionner le président Macron par l’entremise des services marocains, les pays prédateurs de la démocratie en seraient les premiers utilisateurs , au Togo, plus de 300 noms y figureraient, et patati et patata.

Voici ainsi que se déroule sous nos yeux, une des plus vastes opérations d’intelligence économique, et nous y participons tous, activement où passivement.

Voilà selon moi de quoi il s’agit.

Pegasus n’est pas le logiciel d’espionnage le plus performant au monde, ou le seul mis sur le marché. Aujourd’hui, toutes les grandes puissances ont leurs système d’espionnage, allant du ROHUM (renseignement d’origine humaine) au ROEM (renseignements d’origine électron magnétique). En vérité, tout le monde surveille et écoute tout le monde. Dans une subtile et majestueuse opération d’intelligent économique, une entité a décidé de détruire, sans doute pour des raison de concurrence, la firme israélienne, en atteignant aussi Israël par la même occasion. C’est tout. Et les médias, parfois à leur insu, participent à cette opération de grande envergure d’intelligence économique.
Autrement, le réseau échelon, les fameuses grandes oreilles américaines, sont encore plus performantes que la solution israélienne. Les français, britanniques, russes et chinois ont des logiciels d’espionnage plus sophistiquées, qu’ils vendent à pleins de pays au calme, sous le boisseau.

Pour revenir au Togo, ma position n’a pas changé depui ma première communication faite sur le sujet il y a quelques années. Depuis la nuit des temps, les hommes du pouvoir ont toujours espionné leurs sujets. Soit pour se protéger, soit pour se renseigner et mieux agir. N’oubliez pas que le contre espionnage est une stratégie de défense nationale. Dès le premier jour où je suis entré en politique, j’ai accepté le principe que je peux être mis sur écoute ou espionné . J’accepte ce risque et je prends mes précautions. Je ne vous dirai pas lesquelles, mais la plus simple est de ne pas se compromettre dans quoi que ce soit d’illégal.

Lire aussi:Pegasus et peur au Palais: quand les journalistes togolais sont victimes d’espionnage

Mais sur le fond, pegasus relève d’un gros fantasme. Déjà en 2010, avec ma société jaguar security, je pouvais vous installer dans votre maison, voiture ou sac, des gadgets pour vous écouter à distance. Des petites applications, en vente libre, permettent de cloner facilement votre téléphone et avoir accès à tout ce à qui le propriétaire a accès. Tout ceci existe dans le commerce.

La grande difficulté pour espionner plusieurs personnes à la fois, c’est la gestion des données car il faut presque mettre une personne derrière chaque écoute. C’est là où les algorithmes d’intelligence artificielle de ces logiciels interviennent. Ne sont stockés que les échanges contenant un certain nombre de mots clés. Tout ce qui est texte (email, SMS, échanges sur les réseaux sociaux) est plus facile à traiter que les voix. Mais dorénavant, plusieurs logiciels font de la reconnaissance vocale et transforment les paroles en textes, qui seront ensuite traités comme du texte.

Parfois, nos chefs d’Etat achètent des solutions juste parce que des securocrates autour des président (les rétrocommisons sont importantes) les poussent à en acheter, sans parfois en maîtriser l’utilisation, et on est obligé de solliciter des techniciens extérieurs, engendrant des coûts extraordinaires, pour des bénéfices terrain assez faibles.

Les meilleurs sources d’informations et les plus efficaces restent humaines. Des pays continuent à les utiliser. Pour écouter tes communications téléphoniques et lire très SMS, on passe par ton opérateur de téléphonie mobile ou fixe. Pour savoir tout ce que tu fais, on achète ton chauteur, ta domestiques et tes proches. (si tu payes 100 000f à ton chauffeur, il te vendra pour 200 000f) Même ton épouse peut donner des informations sur toi, soit par le chantage et la menace, ou part l’appât du gain, surtout quand on lui fait comprendre que c’est pour ton bien.

Lire aussi:Affaire Pegasus: quand le pouvoir de Lomé fait de la Violation de la confession sacramentelle

Des logiciels comme pegasus vont convertir, par la reconnaissance vocale, tes propos en texte pour le traiter . Mais si tu parles nawdum (losso), qu’on appelle souvent allemand filtré, le logiciel ne vas rien comprendre. Voilà pourquoi je trouve que c’est souvent de grands investissements pour pas grand chose. Les moyens locaux suffisent généralement pour faire le travail, et le personnel est familiarisé avec ces méthodes. Je ne fais pas parti de ces idéalistes qui croient qu’il ne faut pas espionner. C’est des histoires. C’est ce qu’on fait des données recueillies qui pose problème. Sarkozy a été mis sur écoute dans le cadre d’une affaire qui a conduit à une autre. Il faut surtout que la justice soit associée à ces opérations. C’est rarement le cas dans nos pays.

Dites-moi ce que vous pensez de mon analyse et de la polémique qui s’enfile tous les jours autour de Pegasus. Vos avis m’intéressent.

Parlons nawdum vivants.

Gerry







Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire