Alerte: flambée des prix des céréales au sud du Togo





En Janvier 2020, le groupe emblématique du zouk, kassav’ était à Lomé pour un concert de folie. Un spectacle était VIP et l’autre s’ouvrait au grand public gratuitement au stade omnisports de Lomé.
Au Togo, les prix des céréales (maïs, sorgho, etc.) tout comme les denrées alimentaires de première nécessité connaissent une hausse depuis plusieurs semaines sur les différents marchés du pays avec un point critique au sud du pays. 

Lire aussi:Togo: quand la Banque Mondiale dément les chiffres de la pauvreté de l’INSEED

Le bol de maïs tourne autour de 700-800F.CFA sur les marchés de référence de la région maritime (sud Togo). Idem pour le sorgho dont le prix oscille entre 900 et 1000F.
Cependant sur les marchés de l’intérieur, le prix du bol de maïs par exemple, est relativement bas, soit entre 500 et 550F.CFA. Dans la région maritime où l’envolée des prix des céréales, surtout du maïs, inquiète plus d’un.

L’agriculture à l’épreuve du changement climatique

Cette situation critique découle de la précédente campagne qui a été médiocre pour cause, entre autres, de la mauvaise pluviométrie, des intrants etc. Une situation similaire encore cette saison agricole. Les pluies avaient été bien lancées, les semis ont été faits, mais, depuis déjà plus de 2 semaines, les agriculteurs scrutent le ciel dans l’espoir d’une pluie libératrice. 

Rappelons qu’au Togo, l’agriculture est principalement dépendante de la pluviométrie. La pratique d’une agriculture essentiellement pluviale à l’heure même où les petits agriculteurs et exploitations familiales, ressentent durement les effets du changement climatique, a aujourd’hui montré ses limites.

Lire aussi:Coups bas entre entre ministres, la face cachée de l’affaire du projet KR

Le pouvoir rassure la population

Le directeur général de l’ANSAT, colonel Agadazi pense qu’il s’agit d’une « hausse stable » et rassure les consommateurs que « le gouvernement maitrise l’ensemble des facteurs qui peuvent susciter ou créer une flambée des prix ». Autrement dit, la décision de déverser les stocks de sécurité sur le marché sera prise à partir du moment où, le gouvernement jugerait que le seuil critique est atteint et qu’il faudrait recourir aux réserves disponibles.

Sur la Télévision nationale (TVT) ce samedi 22 mai, le Col. Ouro-Koura Agadazi a fait savoir que « si d’aventure un certain seuil venait à être franchi, l’ANSAT, sur les instructions du gouvernement, pourrait sortir les stocks »

Il faut noter que le Togo dispose à la date du mardi 18 mai 2021, dans les greniers de l’Agence nationale de sécurité alimentaire (ANSAT), 6000 tonnes de céréales (maïs, mil, sorgho, riz blanc etc.)







Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire