Alerte: la grippe aviaire fait des ravages à Djagblé





Les centres d’accueil des patients atteints de la Covid-19 sont désormais débordés. Tous les hôpitaux publics à Lomé ne disposent plus de places pour accueillir de nouveaux patients, s’alarme le Colonel Djibril
La grippe aviaire sévit actuellement dans le canton de Djagblé dans la préfecture de Zio. Dans un communiqué, le gouvernement invite les éleveurs et la population à la vigilance et à une collaboration afin d’endiguer la maladie.

Lire aussi:Alerte : ce qu’il faut savoir sur le cas de grippe aviaire à Djagblé

C’est depuis le jeudi 3 juin 2021 que l’alerte a été donnée. Sur appel du responsable d’une ferme avicole située dans le canton de Djagblé (Préfecture de Zio), pour cause de mortalité massive de volaille, une équipe conjointe de la direction de l’Elevage et de la direction régionale de la Santé maritime s’y est rendue. Un second cas a été signalé dans la même zone le vendredi 25 juin 2021.

Après les prélèvements envoyés au laboratoire de référence de Padoue en Italie et un test de diagnostic rapide et une analyse PCR des échantillons au laboratoire central vétérinaire de Lomé, l’on confirme une présence effective du virus de la grippe aviaire dans cette zone.

Dans son communiqué, le gouvernement dit avoir renforcé des mesures conservatoires pour limiter jusqu’à ce jour les cas déclarés à la zone d’infection. Il s’agit de l’abattage, l’incinération et l’enfouissement des cadavres de volailles, la destructions des œufs, de la provende et du matériel d’élevage (mangeoires, alvéoles et litières), la désinfection des poulailler et des magasins de stockage, la mise sous quarantaine de l’exploitation avicole incriminée, l’interdiction de mouvement de volailles, la fermeture des marchés à volailles et des provenderies dans le canton de Djablé pour une durée de 30 jours, la prise en charge médicale des personnes cibles ayant eu des contacts avec la ferme avicole.

Lire aussi:Togo: la grippe aviaire refait son apparition

Le gouvernement félicite les éleveurs pour leur collaboration et les appellent au respect scrupuleux des mesures de biosécurité dans leur élevage afin de contenir la maladie.

Il invite l’ensemble de la population togolaise à la vigilance, en rapportant aux services vétérinaires les plus proches de leur localité, tout cas de mort subite et massive de volaille ou d’oiseaux sauvages.







Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire