Burkina : des manifestants exigent la démission du président Roch Kaboré





Plusieurs dizaines de jeunes se sont rassemblés à la Place de la nation ce mardi 16 novembre 2021 à Ouagadougou pour manifester contre les attaques terroristes répétées que subit le pays. Des manifestations semblables ont été enregistrées dans plusieurs autres villes notamment à Bobo-Dioulasso.

Lire aussi : Procès Sankara : un avocat accuse le Général Diendéré

Vers 8h55 ce mardi 16 novembre 2021, à la place de la nation de Ouagadougou, des manifestants ont montré leur mécontentent contre les attaques répétées que subit le Burkina Faso.

Ils estiment que « trop c’est trop ». Selon un manifestant, il ne reste que Ouagadougou, Bobo-Dioulasso et Koudougou qui ne sont pas « assiégées ». Mohamed Auguste Koumsongo, un des manifestants, a souligné que l’insécurité au Burkina Faso a atteint son paroxysme.

Place de la Nation
A 8h55, Place de la Nation

Cependant, il accuse le gouvernement de ne prendre au sérieux cette situation. Pour lui, « les victimes sont minorées pour faire croire au peuple que ça va ». « Il y a des gens qui pensent que c’est nous qui allons libérer le pays pour eux. Si on ne le fait pas aujourd’hui, demain c’est foutu pour tout le monde. Tout le monde voit ce qui ce passe dans le pays. Ceux qui dorment font semblant de ne pas voir. Nous, jeunes patriotes du Burkina Faso, nous demandons tout simplement au président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré de démissionner », a-t-il clamé.

Lire aussi : Guinée : Doumbouya évoque le sort réservé à Alpha Condé

Et d’ajouter le Président du Faso « a démontré son incompétence depuis son arrivée au pouvoir notamment sur le plan sécuritaire et alimentaire, etc. ». A écouter Mohamed Auguste Koumsongo, même si le terrorisme est mondial, pour le Burkina Faso est particulier.

Manifestants

« Puisque c’est entre nous. Je suis sûr que le gouvernement sait qui est derrière ça. C’est vrai la mobilisation n’est pas au rendez-vous. Ce n’est pas le nombre qui fait la lutte. Chacun a ses convictions dans la vie. Il y a des gens qui attendent que d’autres luttent pour qu’ils en profitent. S’il faut qu’une génération se sacrifie pour que le pays sorte de cette misère. On est prêt à tout faire pour que le pays s’en sorte. Nous demandons la démission du Président du Faso. Même si le départ du président n’est pas la solution, c’est un début de solution », a-t-il lancé.

Les marcheurs ont été stoppés par la Police nationale dans leur élan vers la Primature, ainsi que vers le Mémorial Thomas Sankara. Ils se sont par la suite dispersés sans affrontements avec la Police. Quelques-uns se sont retrouvés devant la cour du Mogho Naaba, pour, disent-ils, transmettre un message au Roi de Ouagadougou. D’autres ont rebroussé chemin ou rejoint la Place de la Nation avec toujours le même message à la gorge : « Trop c’est trop » !

Lire aussi : Procès Sankara : contre toute attente, le Général Gilbert Diendéré plaide non coupable

Il faut noter que des manifestations similaires ont été enregistrées dans plusieurs autres villes notamment à Bobo-Dioulasso ce mardi 16 novembre 2021.

La foule gronde
Encore les manifestants
Toujours les manifestants

Un peu vers 10h le nombre des manifestants ont commencé à grossir. C’est ainsi que les manifestants se sont dirigés chez Mogho Naaba. Mamadou Drabo, secrétaire exécutif national du mouvement sauvons le Burkina Faso, était un des manifestants à être reçu par le Mogho Naaba.

Mamadou Drabo
Mamadou Drabo, secrétaire exécutif national du mouvement sauvons le Burkina Faso

« On a rencontré le Mogho Naaba et on a fait cas de la situation nationale. On a dit que trop c’est trop. Le Mogho Naaba a dit qu’il nous a compris et qu’il soutient la jeunesse. Il a demandé d’être sage et pacifique pour pouvoir donner le message à qui de droit pour qu’on puisse prendre en compte nos exigences », a-t-il relevé.

Il précisé que cette marche se veut pacifique. Concernant un éventuel dérapage, il répond qu’on ne peut pas contrôler une foule.

La foule

« Dans les mouvements de foule souvent il y a des incontrôlés. Mais, on fait de notre mieux pour pouvoir maitriser la masse. Aujourd’hui il s’agit de manifester pacifiquement et de montrer aux yeux de tout le monde que nous sommes en train d’appeler la jeunesse à ce sursaut patriotique pour dire au gouvernement que trop c’est trop », a fait comprendre Mamadou Drabo.

La revolte

Lire aussi : Restitutions des œuvres au Bénin : quand Patrice Talon s’emporte pour un dieu béninois

De retour du Mogho Naaba, les manifestants ont regagnés la Place de la nation. D’autres manifestants souhaitaient la fermeture du marché et d’autres occuper le rond des nations Unis. A noter que c’est une manifestation sans un itinéraire précis et sans réellement une organisation. Au Niveau du rond des Nations Unis, des manifestants se disputent sur la nécessité de bruler le drapeau français.

C’est au tour de 12h25 que les manifestants se sont dispersés décrescendo en laissant une circulation difficile vers la Maison du peuple.

A noter qu’une autre marche est prévue pour le 27 novembre 2021.

Avec Burkina 24







Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire