Corée du Sud : le tristement célèbre « boucher Gwangju » est mort





Chun Doo-hwan, l’homme fort de la Corée du Sud qui a dirigé le pays d’une main de fer entre 1980 et 1988, est mort mardi 23 novembre à l’âge de 90 ans. Surnommé « le boucher de Gwangju », l’ex-dictateur est réputé avoir écrasé brutalement toute opposition politique.

Lirea aussi : En France, Ali Bongo a mis le visage de l’Afrique dans la boue

Corée du Sud : Chun Doo-hwan, premier dirigeant à transmettre le pouvoir de manière pacifique

L’ancien général Chun Doo-hwan qui a pris le pouvoir à la suite d’un coup d’État militaire en 1979, date à laquelle le président Park Chung-hee est assassiné, est décédé chez lui à Séoul, a annoncé l’agence de presse sud-coréenne Yonhap, mardi

Le régime militaire de Chun Doo-hwan a supervisé la forte croissance économique de la Corée du Sud et obtenu que Séoul organise les Jeux olympiques en 1988. Il a été le premier dirigeant sud-coréen à transmettre le pouvoir de manière pacifique.

Lire aussi : Burkina : quand un enfant symbolise à lui seul la résistance aux Français

Grâce présidentielle

L’ex-dictateur est connu sous le nom du « Boucher de Gwangju » pour avoir ordonné à ses troupes de réprimer par la force un soulèvement contre lui dans cette ville du sud-ouest du pays.

Le bilan officiel des morts et des disparus à Gwangju est d’environ 200 personnes, mais les militants affirment que ce nombre pourrait être trois fois plus élevé.

En 1996, il a été reconnu coupable de trahison et condamné à mort, en partie pour les événements de Gwangju, mais son exécution a été commuée en appel et il a été libéré à la suite d’une grâce présidentielle.

Avec Afrique sur 7







Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire