Dernière minute: 15ans de prison requis pour les assassins de l’étudiant mort en 2014





L’horrible scène s’était déroulée en mai 2014 aux encablures de l’hôtel Ibis à Lomé. Deux individus avaient poignardé un étudiant qui a succombé des suites des blessures au CHU SO. La Cour d’appel les a condamnés ce mercredi 7 juillet 2021 à 15 ans de prison ferme en assises.

Lire aussi:Drame: mort par noyade d’un militaire à Agouégan

Le Togolais Yao Happy Dayi et le Ghanéen Sévérin Attiogbé, tous les deux repris de justice, sont reconnus coupables d’avoir porté des coups mortels sur un jeune, étudiant à la Faculté de droit de l’Université de Lomé (UL), à la plage il y a 6 ans.

Les accusés, conduits à la salle d’audience par des agents de l’Unité spéciale d’intervention de la gendarmerie nationale, ont été arrêtés un mois après les faits, c’est-à-dire en août 2014.

« Toutefois, environ 4 mois après l’arrestation des deux individus et incarcérés à la DPCJ, Christine, le seul témoin des faits, a reconnu le visage de celui qui a poignardé son ex copain lors d’un exercice de présentation par ‘’tirage au sort’’ de plusieurs personnes arrêtées et exposées dans une salle vitrée. Et devant le juge d’instruction pour la première fois, elle a également indexé la deuxième personne », rapporte le journal en ligne Togotopnews.

Lire aussi:Faits divers: des travailleuses de sexe mises en prison , la population en colère

L’avocat général a requis 20 ans de prison ferme. L’avocat des accusés relève qu’il n’y a pas de preuves confirmant l’acte, déclarant qu’« il vaut mieux laisser un crime impuni que d’envoyer des innocents en prison ». Il n’est pas entendu. 

La Cour d’appel les condamne à « 15 ans de réclusion criminelle et une amende de 700 000 FCFA comme demandée par la partie civile pour dommages et intérêts. La défense dispose de 8 jours francs pour se pourvoir en cassation contre cet arrêt », précise le Togotopnews.

Cette affaire n’est pas encore finie, prévient l’avocat de Yao Happy Dayi et de Sévérin Attiogbé.







Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire