Deux militaires togolais accusés d’avoir battu à mort un Ghanéen: comprendre la réaction de Yark





Depuis quelques heures, circule sur les réseaux sociaux, la vidéo du cadavre d’un homme dont la mort est attribuée à des militaires togolais. Le drame s’est produit à Akato-Viépé, à la frontière entre le Togo et le Ghana. Dans cette vidéo, on voit le corps tout nu de la victime étalé sur un pagne sale. A l’origine de cette voie de fait qui aurait coûté la vie à Félix Bedi Gedzah, se trouve un problème de portable. Une situation qui a failli dégénérer à la frontière Togo-Ghana.

Lire aussi:Dernière minute: au siège de FUCEC, un employé retrouvé mort

Une situation qui fait réagir le ministre togolais de la sécurité et de la protection civile, le général Damehame Yark. 

« Les militaires auteurs des faits auraient sollicité les services de la victime qui leur est très familière pour les aider à recharger un téléphone portable. Ayant constaté que cette dernière ne revenait pas jusqu’à la tombée de la nuit, les 2 militaires se sont mis à sa recherche. Ceux-ci finissent par retrouver le jeune et le téléphone mais sans la carte SIM », écrit le ministre mercredi soir.

Incapable de donner les raisons qui ont conduit à la disparition de la carte, le jeune a voulu s’en fuir, dit le ministre.

« Il est poursuivi et rattrapé dans la brousse avant d’être conduit au poste où il  a subi des sévices corporels », ajoute-t-il rappelant que ses parents l’ont récupéré plus tard mais le lendemain, on informe qu’il est mort.

Lire aussi:Bénin: tout comprendre sur comment 2 togolais ont été tués par des policiers

Le ministre togolais présente des excuses au Ghana et appelle les populations environnantes au calme.

Il signale que les 2 éléments des Forces armées togolaises sont mis aux arrêts et seront sanctionnés.

Cette situation malencontreuse arrive alors qu’on n’a pas fini de parler de la bavure policière qui a coûté la vie à 2 Togolais au Bénin. 

Globalactu.com







Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire