Infection, nombre de décès: regards croisés sur le paludisme et la Covid-19 au Togo





Hier lundi 17 mai, on en était au Togo à treize mille deux cent soixante-dix-neuf (13 279) personnes infectées à la Covid-19 dont mille deux cent cinquante-trois (1 253) cas actifs et onze mille neuf cent-une (11 901) personnes guéries, avec les quatre (04) cas du jour détectés chez les cinq cent trente-neuf (539) personnes dépistées. Côté décès, on comptabilisait en tout et pour tout cent vingt—cinq (125) depuis l’annonce du 1er cas le 6 mars 2020.

Lire aussi:Campagne de vaccination anti-Covid-19: la deuxième phase démarre

Quid de la situation du paludisme dans notre pays ? Selon les chiffres du rapport 2019 du Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP), ce sont deux millions quatre cent-six mille quatre-vingt-onze (2 406 091) cas qui ont été confirmés sur l’ensemble du territoire dans les formations sanitaires et au niveau communautaire dont deux millions trois cent vingt-six mille six cent-six (2 326 606) cas de paludisme simple et trente-neuf mille neuf cent trente-neuf (39 939) cas graves hospitalisés parmi lesquels vingt-trois mille cent quatre-vingt et un (23 181) cas chez les enfants de moins de 5 ans et mille sept cent quatre-vingts (1 780) chez les femmes enceintes. Côté décès, ils étaient au nombre de mille deux cent soixante-quinze (1 275) notifiés dans les centres d’hospitalisation des structures sanitaires publiques et privées – exclu les morts en dehors de ces centres – dont neuf cent trente (930) chez les moins de 5 ans.

A considérer ces chiffres de 2019 comme la moyenne d’infection et de décès dus au paludisme par an au Togo, cela induit que mensuellement, on se retrouve avec deux cent mille cinq cent-huit (200 508) cas d’infection et cent-six (106) décès au Togo. Comparé aux chiffres du coronavirus, le nombre d’infection au paludisme par mois dépasse de loin et tutoie le double du total de ceux du coronavirus enregistrés depuis plus d’un an (13 279). Sur le plan des décès, le paludisme tue donc autant de personnes en un mois (106) que la Covid-19 en un an (125). En français facile, le palu arrache presqu’autant de vies en un mois que le coronavirus en une année.

Lire aussi:Un vaccin contre le paludisme sur le point d’être mis sur pied

L’objectif de cet exercice n’est guère de requérir le relâchement dans la lutte contre le coronavirus ou l’observation des mesures barrières. Il s’agit de montrer les effets archidévastateurs du paludisme en rapport avec ceux de la Covid-19, pendant que tous les moyens et énergies sont déployés dans la lutte contre cette pandémie mondiale de l’heure. Et faire prendre conscience autant aux décideurs qu’aux citoyens de la nécessité d’en faire autant, sinon plus pour le paludisme plus tueur et l’objet de 36% des motifs de consultation dans les formations sanitaires publiques et privées selon le rapport sus-évoqué. A bon entendeur…

letabloidtogo.info







Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire