La pilule pour soigner la COVID-19 existe (désormais) !





La société américaine Merck’s&Co a récemment diffusé les premiers résultats de son essai clinique sur une simple gélule capable de soigner la Covid : le Molnupiravir. Cet antiviral administrable par voie orale semblerait considérablement réduire le risque d’hospitalisation.

Lire aussi : Togo : les conditions humiliantes de AMINA pour réembaucher ses employés !

Le molnupiravir : la première pilule qui soigne la Covid voit désormais le jour

Dans la course actuelle aux traitements antiviraux à prendre par voie orale pour traiter efficacement la Covid-19, le laboratoire Merck espère avoir pris une certaine avance non négligeable sur ses concurrents. En effet, le 1er octobre, le laboratoire américain a dévoilé qu’il allait demander une autorisation de l’agence des médicaments américaine pour un traitement administrable par voie orale contre la Covid-19.

Selon eux, celui-ci réduirait les risques éventuels d’hospitalisation ou de décès. Si l’agence leur donne son accord, le molnupiravir sera donc le tout premier médicament de ce style mis sur le marché.

Lire aussi : Grosse panne du Groupe Facebook : il ne lui reste plus « que » 120 milliards de dollars

Quels sont les effets secondaires du Molnupiravir ?

Une question reste néanmoins, bel et bien, sur toutes les lèvres ! Quels seront les effets secondaires ? Il faut savoir que le molnupiravir agit incitant le virus à faire des erreurs lorsqu’il copie son ARN. C’est ce qu’on appelle le pouvoir mutagène. Mais est-ce que cela pourrait également perturber les cellules humaines ? Le virologue Bruno Canard s’appuie sur deux analyses pour répondre à cette question. L’une publiée en 2021 et l’autre en 1980… Pour lui, il y a effectivement un risque que cette molécule ait également un pouvoir mutagène pour la cellule hôte.

Avec Le Tribunal Du Net







Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire