Procès Sankara : un avocat accuse le Général Diendéré





Dans ses déclarations du 09 novembre 2021 devant le tribunal, le général Gilbert Diendéré a affirmé avoir aperçu de loin, le corps du président Thomas Sankara gisant dans la salle de réunion du conseil. Et l’avocat de la partie civile Me Ambroise Farama, de lui demander ce 10 novembre pourquoi il ne s’est pas approché.

Lire aussi : Procès Sankara : contre toute attente, le Général Gilbert Diendéré plaide non coupable

Le général réplique que l’état des corps, avec le sang un peu partout, ne permettait pas de penser que quelqu’un puisse être en vie. Et avec la situation et la crainte qui prévalait, ajoute-t-il, il a préféré ne pas s’approcher, surtout que les auteurs étaient toujours sur les lieux.

Et l’avocat de conclure que le général, en tant que chargé de la sécurité du conseil, n’a rien fait pour porter assistance aux victimes. Et même quand l’infirmier de la présidence, Somda K.Eugène a accouru avec son matériel, le général lui a dit que ce n’était plus la peine. Et le général de répliquer qu’il a juste parlé à l’infirmier mais ne l’a pas empêché d’entrer au conseil.

Lire aussi : Procès Sankara : le chauffeur de Blaise Compaoré raconte comment ils l’ont tué

Pour Me Ambroise Farama, le général aurait dû prendre ses responsabilités au soir du 15 octobre 1987, car même si le président du conseil national de la révolution (CNR) était mort, ce n’est pas pour autant que le CNR était dissout.

Il aurait dû, selon lui, mettre aux arrêts les auteurs du coup du 15 octobre 1987. « C’est vous qui avez choisi de mettre fin au CNR », lui a lancé Me Farama.

Avec Lefaso.net







Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire