Procès Thomas Sankara : « C’est la première fois je voyais Blaise Compaoré pleurer… »





L’adjudant-chef à la retraite, Denis Bicaba, a fait sa déposition ce mercredi 15 décembre 2021, après le passage de Blaise Sanou. Tout comme ce dernier, Denis Bicaba était de l’armée de l’air. Il est également le beau-frère de Gabriel Tamini, témoin dans le procès, après avoir bénéficié, en avril 2021, d’un non-lieu dans le dossier dans lequel, il avait été inculpé et déposé en 2015.

Lire aussi : Dernière minute: Reckya Madougou condamnée a 20 ans de prison

Le témoin, Denis Bicaba, dit qu’il était en stage, de 1986 à juillet 1987, à Cuba. Rentré de cette formation, Denis Bicaba apprendra les divergences entre les deux leaders de la révolution, Thomas Sankara et Blaise Compaoré, à partir de Bobo-Dioulasso. De retour à Ouagadougou, il reçoit un envoyé de Thomas Sankara, qui lui demande de l’aider à consolider la révolution.

Entre temps, il reçoit Gabriel Tamini (ancien conseiller aux affaires sociales de l’ex-président Blaise Compaoré). Ce dernier lui dit que Blaise Compaoré le sollicite pour perpétrer un coup d’État. Étonné, il demande quatre jours de réflexion. Il se rend donc dans ce laps de temps à la résidence du président du Faso, Thomas Sankara, pour lui rendre compte. Mais Sankara le renvoie d’aller dire à Tamini de venir le voir.

Lire aussi : Coup de tonnerre : Gnassingbé Eyadéma serait impliqué dans l’assassinat de Thomas Sankara

Plus tard, Gabriel Tamini dira au témoin que le coup d’État sera fait pour renverser Thomas Sankara, qu’il (Denis Bicaba) le veuille ou pas. Bouleversé, l’adjudant Bicaba dit être reparti quelques temps après chez Sankara pour lui demander où est-ce qu’il en était avec l’information du coup d’État contre lui.

Thomas Sankara réplique qu’il ne sera pas le premier à s’en prendre à Blaise Compaoré et que s’ils entendaient des coups de feu, qu’ils sortent et ripostent.

C’est dans ce contexte qu’interviendra le drame du 15 octobre 87. Il dit lui-même avoir échappé à l’exécution.

« A environ trois semaines avant le drame, lors d’une réunion, Blaise Compaoré a été mis en minorité dans la salle. Les gens qui prenaient la parole lui disaient qu’ils sont découragés de lui (Blaise Compaoré), car ils apprenaient qu’il voulait faire un coup d’État. C’est la première fois je voyais Blaise Compaoré pleurer. Et c’est après cette réunion qu’il est allé préparer le coup pour taper fort », reconstitue en substance Denis Bicaba, qui informe sur cet épisode que Thomas Sankara s’est même inquiété que Blaise Compaoré ne se suicide.

Lire aussi : Football : l’annulation de la CAN 2022, un sabotage des clubs européens ?

« C’était une période de tensions, où on ne sait pas qui était qui, ton ami pouvait être ton boureau », décrit le témoin, qui en veut pour preuve que c’est son meilleur ami, Tasséré Dianda, qu’il a même envoyé dans son village pour adorer des fétiches, qui est celui-là même qui cherchait à le tuer. Il dit avoir passé treize ans d’exil aux États-Unis d’Amérique, parce que ne se sentant pas en sécurité au Burkina.

Lire aussi : People : Dr Kodom dit la vérité au sujet des Toofan

Beau-frère de Gabriel Tamini (il a épousé la grande sœur de ce dernier, laquelle est décédée après sa déposition devant le juge d’instruction), Denis Bicaba explique que sa déposition à charge lui vaut des problèmes au sein de la famille.

Avec Lefaso.net







Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire