Togo : ce qu’il faut savoir de Paulo Duarte depuis son arrivée à la tête des Éperviers





Après un départ raté, le Togo s’est repris de la meilleure des manières dans le cadre des éliminatoires pour la Coupe du Monde 2022 en dominant la Namibie ce lundi 15 novembre (0-1) et en décrochant pour le coup une honorable 2e place derrière le Sénégal déjà qualifié. Les poulains de Paulo Duarte ont donné énormément de fil à retordre à leurs adversaires, particulièrement grâce à une défense solide et une force de caractère qui avait déserté leur camp depuis des mois. L’heure du bilan du technicien portugais à la tête de la sélection a sonné : que peut-on espérer pour les Eperviers ?

Lire aussi : Namibie-Togo : le hold-up parfait des hommes de Duarte

Nommé par la Fédération Togolaise de Football (FTF) en mai dernier pour occuper le poste laissé vacant après la démission de Claude Le Roy, le technicien lusophone reprenait une équipe du Togo déconcertante, incapable de gagner le moindre match depuis plus d’un an.

C’est donc peu de dire que la tâche s’annonçait – très – difficile pour l’ex-sélectionneur du Burkina Faso. Et alors que le doute s’était emparé des supporters, extrêmement frustrés par l’enchainement des mauvais résultats de leur équipe, le coach va prendre des décisions importantes qui vont permettre aux Eperviers de retrouver le chemin de la victoire et surtout la force de rêver.

Des choix forts

La mayonnaise n’a pas immédiatement pris pour Paulo Duarte et sa nouvelle équipe : Djene Dakonam et compagnies subissent deux revers consécutifs face au favori le Sénégal (2-0) et la surprenante équipe de Namibie au stade de Kégué (0-1). Vint l’heure où le tacticien portugais convoque, pour la double confrontation avec le Congo, l’expérimenté Alaixys Romao (37 ans, 71 sélections) qui n’avait plus porté les couleurs de la sélection depuis 2019. Avec effet immédiat. Après le nul obtenu à domicile, les Eperviers arrachent enfin leur première victoire en deux ans en prenant le meilleur sur les Congolais (1-2).

Lire aussi : Match Togo-Sénégal : cette photo de Sadio Mané fait le buzz sur la toile

Fortifiée par cette victoire, la bande à Alaixys Romao lave l’affront du match aller contre les Brave Warriors de la Namibie (victoire 0-1), quelques jours après avoir contraint le Sénégal de Sadio Mané au nul, faisant perdre alors aux Lions de la Téranga leurs premiers points pour la seule fois pendant les phases de qualifications.

Mais au-delà des résultats positifs, c’est le nouvel état d’esprit affiché par les joueurs qui fait forte impression. Sans se contenter de peu, les ouailles de Paulo Duarte mettent plus d’impact physique dans les duels lors des rencontres et maintiennent l’intensité jusqu’à l’inscription du but en fin de rencontre, synonyme de victoire, en l’occurrence ce lundi à Johannesburg. L’effet Duarte se fait ressentir, d’autant plus que le Togo reste sur une série de 4 matches sans défaites, une première depuis 2005 (éliminatoires de la Coupe du Monde 2006).

Défense en bloc

« Le président (Col Guy Akpovy, ndlr) salue le travail du staff technique et plus particulièrement celui du sélectionneur Paulo Duarte en qui il reconnaît un talent de grand technicien », a rapporté la FTF sur son compte officiel Twitter. A juste titre. Car le Portugais Paulo Duarte a fait montre de sa science tactique, notamment dans le secteur défensif togolais. En effet, après l’humiliation à domicile face à la Namibie, Paulo Duarte a colmaté les brèches défensives de son équipe. Les Eperviers défendent en bloc. Ainsi tour à tour, le Congo par deux fois, le Sénégal puis la Namibie se sont cassés les dents sur les cages togolaises qui n’ont cédé que deux fois sur les phases retour, soit moitié moins que sur les phases aller.

Lire aussi : Eperviers : quand le banni Adebayor fait les affaires du Sénégal…

Le rêve est permis

Forcément donc l’optimisme est de retour dans les rangs des Eperviers où on peut se mettre de nouveau à rêver. Le public reprend également espoir. Avec l’effet Duarte, les Togolais ont refait leur capital confiance, lequel leur a cruellement fait défaut lors des dernières joutes sous la houlette de Claude Le Roy.

Et si leurs prochains rendez-vous ne seront pas forcément tous à leur portée, compte tenu de leurs classements FIFA, les Eperviers ont d’ores et déjà l’occasion de redorer le blason de la sélection mondialiste en 2006 et permettre aux populations togolaises d’entretenir la flamme de l’espoir de titres dans leurs cœurs.







Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire