Togo : les évêques interviennent pour Ferdinand Ayité et autres détenus





Depuis novembre dernier, les arrestations tombent à tour de bras. Après Jean-Paul Oumolou, c’est Ferdinand Ayité et ses confrères Joël Egah, puis plus récemment l’activiste Fovi Katakou qui sont tombés sous le coup de la répression contre l’ « outrage à l’autorité publique » et l’ « incitation à la haine ». Après les vaines plaidoiries de l’opposition et des organisations de défense des droits de l’Homme, notamment Amnesty International, c’est au tour des évêques du Togo de s’en mêler.

Lire aussi : Drame à Bè : un homme égorge sa femme et se coupe les parties

La Conférence des Évêques du Togo suit de près l’actualité sociopolitique togolaise. Dans un nouveau communiqué, l’organisation se dit préoccupée par cette série d’arrestations de personnes observée dans le pays. Selon les Évêques, cette situation crée dans « les familles et les communautés, la désolation et des rancœurs préjudiciables à la paix et à la cohésion sociale ». Dans la quête permanente de la paix des cœurs, la Conférence plaide pour la libération des personnes interpellées.

PLAIDOYER DE LA CONFÉRENCE DES ÉVÊQUES DU TOGO, POUR LA LIBÉRATION DES PERSONNES INTERPELLÉES

Dans quelques jours, le monde entier et les chrétiens en particulier, commémoreront la Nativité de Jésus-Christ, le Prince de la paix. C’est Lui qui a voulu pour l’humanité entière,une paix véritable ; non pas la paix qui vient du monde, mais celle qui vient de Dieu (Cf. Jn 14, 27).

En s’inscrivant dans la démarche de quête permanente de la paix des cœurs et de la cohabitation pacifique entre les habitants d’une même Nation, les Evêques du Togo, comme des veilleurs, suivent de près la situation sociopolitique de notre pays.

Lire aussi : Secret de Palais : qui en veut réellement à Ferdinand Ayité ?

La série d’arrestations de personnes, pour des raisons diversement appréciées auxquelles nous assistons ces derniers temps, sèment la psychose au sein des populations. Ces personnes mises aux arrêts, s’ajoutent à d’autres interpellées depuis un moment, et qui sont en détention dans des conditions souvent très difficiles, voire inhumaines. Cela crée évidemment, dans les familles et les communautés, la désolation et des rancœurs préjudiciables à la paix et à la cohésion sociale.

Face à cette situation, les Evêques du Togo expriment leur préoccupation et plaident en faveur de leur libération. Confiants que leur appel sera entendu, les Évêques du Togo implorent la bénédiction de Dieu sur notre cher pays et ses habitants.

Lire aussi : Togo : passé devant le juge, Ferdinand Ayité de retour à la case départ

Ils adressent à tous leurs vœux d’amour, de paix et de bonheur. « Heureux, les artisans de paix, ils seront appelés fils de Dieu » (Mt 5, 9).

Fait à Lomé, ce 15 décembre 2021,

Mgr Benoît ALOWONOU

Evêque de Kpalimé

Président de la CET







Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire